Destatis, l’office de la statistique allemand publie un rapport désastreux sur l’état de la pauvreté et l’emploi

[ Lire plus… ]

Ndlr : Là, je commence à boire du petit lait. TOUT ce que je décrie depuis des années sur l’Allemagne, me faisant suspecter de germanophobie, alors que c’est l’ensemble de ceux qui ont cité ce modèle social dégradé, économique dépravé et européen déloyal, qui était aveugle. Tout ce que je reproche à l’Allemagne depuis ces dix dernières années, dans le modèle Schröder, lui est reproché brutalement. Oui, l’Allemagne produit ses excédents budgétaires en captant la croissance de ses partenaires. Elle fait supporter sa croissance à une fraction de sa population, qu’elle a appauvrit. Non seulement en redirigeant l’épargne vers l’industrie, mais aussi en grattant sur le social en contraignant la population aux « minijobs » qui, en principe, consistent en de petits travaux détaxés et venant en complément d’un salaire trop faible mais qui, en réalité, se traduisent par une proportion considérable de la population qui n’a que ça pour vivre. Que dire des 2 millions qui travaillent 40 heures par semaine pour moins de 800€? Mieux : que dire des esclaves importés, par exemple d’Espagne ou de Pologne, pour travailler dans l’agro-alimentaire à plein temps pour moins de 5€ et même moins de 4€, qui ont été vus. L’Allemagne doit cesser de capter la richesse. Elle doit cesser de figer l’économie européenne à son avantage. Elle doit partager son outil industriel, largement financé via les subventions européennes aux énergies renouvelables et l’exploitation du marché européen en échange d’une diminution inéquitable des importations, avec l’ensemble de la communauté européenne.

Fermer le menu