Des marchés verts pour une croissance équitable

Des marchés verts pour une croissance équitable

Il est temps de nous rassembler pour utiliser notre potentiel.
[ Lire plus… ]

Ndlr : C’est plus que ça, le seul avenir possible repose sur la croissance. Sans croissance, c’est tout le monde de retour à la grotte vite fait. En-dessous de 1,5% de croissance la civilisation stagne, en-dessous de 1% elle régresse. Et la régression, ce n’est pas « moins de pollution » comme se l’imaginent les décroissants, c’est de moins en moins de moyens pour être écologiques. Ce sont les populations pauvres qui font le plus de dégâts. Les malgaches, les haïtiens, les africains, ont massivement déboisé pour cultiver et cuisiner. Chez nous c’est au Moyen-Âge, alors que l’immense majorité de la population était pauvre que nous avons déboisé. C’est à la fin du 19ème siècle, avec la prospérité que nous avons reboisé. Et c’est aujourd’hui, avec le développement socio-économique naissant, que l’Afrique reboise, que Madagascar s’offre des plans de conservation des forêts en cherchant à la valoriser de manière non destructive.

L’écologie est un truc de riches. Les pauvres eux déboisent pour se chauffer, brûlent de l’huile de vidange, ils braconnent, ils font ce qu’ils peuvent pour survivre. Les populations riches vont investir dans des énergies renouvelables, des usines de captage et transformation du CO2, des technologies de transport propres…

La décroissance, c’est l’explosion de la mortalité infantile, le retour des maladies, la baisse de production alimentaire avec des milliards de morts derrière, qui ne vont pas mourir sans tenter de survivre, donc c’est la guerre…

Fermer le menu